Le fil perdu, Jacques Rancière

« La poésie n’est la floraison d’aucun peuple, elle est l’échange incessant entre l’inaction du rêveur, le travail de l’insecte et l’offrande de la fleur par lequel se tisse peut-être la toile d’un peuple à venir, un peuple tel que le rêvera le penseur de l’émancipation : une communauté inédite d’individus cherchant à se joindre à travers la forêt des signes et des formes, une communauté constituée au risque de trajets et de rencontres multiples sous le signe de l’égalité . »

Publicités