László Krasznahorkai, citation

« Cette tristesse a assombri ma vie entière, et l’assombrit encore aujourd’hui, il est en moi un désir insatiable d’observer l’axe du monde ». László Krasznahorkai, in « Thésée universel» 1

Dans ce court texte, László Krasznahorkai reprend une scène d’un de ses précédents romans2 : une gigantesque baraque de foire exhibant un cadavre de baleine surgit sur la place d’un village ; elle traine derrière elle un flot d’hommes insoumis, étranges et menaçants. Pour le visiteur qui entre dans la baraque, passé le premier choc alors qu’il se trouve soudain face à l’œil de la baleine, ouvert et le fixant, surgit une immense tristesse que Krasznahorkai décrit comme une expérience fondamentale, qui n’a rien d’un état d’âme mais s’ancre définitivement en lui comme une position métaphysique. La tristesse est ce qui « attire de façon mystérieuse vers le cœur inaccessible des choses ». En sortant de la baraque, l’homme se joindra à la brutale et violente insurrection qui bouleversera la ville.

L’œil de la baleine porte le message de la Tristesse, comme un pays rond et ouvert. A la lisière duquel se tient la révolte. Impatiente et proche.

Heidi Brouzeng

Photogramme du film « Les Harmonies de Werckmeister », de Béla Tarr (2003)

1 Traduit du hongrois par Marc Martin et Charles Thibeault, Editions Vagabonde (2011)

2 « La Mélancolie de la résistance », traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Editions Gallimard (2006) ; ce roman, comme d’autres de Krasznahorkai, ont inspiré certains films de Béla Tarr.

Publicités

Le fil perdu, Jacques Rancière

« La poésie n’est la floraison d’aucun peuple, elle est l’échange incessant entre l’inaction du rêveur, le travail de l’insecte et l’offrande de la fleur par lequel se tisse peut-être la toile d’un peuple à venir, un peuple tel que le rêvera le penseur de l’émancipation : une communauté inédite d’individus cherchant à se joindre à travers la forêt des signes et des formes, une communauté constituée au risque de trajets et de rencontres multiples sous le signe de l’égalité . »