« Création et amateur « celui qui est capable d’aimer » », 20 janvier 2015

Contribution de Gaël Leveugle, cie Ultima Necat, directeur artistique

Le rôle du politique respectueux de la démocratie est de s’interdire le droit à la définition de l’art contemporain et de garantir l’indépendance et les moyens de la création.

Je parle depuis ma place d’artiste. Je ne comprends mon œuvre que quand elle rencontre son destinataire ; quand j’observe son altération dans la résonance collective qu’est l’écoute des destinataires. Ceux qu’on appelle par ailleurs public. Je prends aujourd’hui position côte à côte avec les structures / lieu alors que notre position naturelle serait plutôt de nous faire vis à vis. Non pas face à face, nous sommes en fait à deux points différents, mais nécessaires l’un à l’autre, de ce qui fait oeuvre. Qui oeuvre. Vis-à-vis, pour nous poser les problèmes sains qui nous feraient évoluer mutuellement dans nos pratiques car, par essence même, la nature des oeuvres change et la nature des destinataires à ces oeuvres change, dans une relation étroite et non causale, mais inextricable. Si ma fonction est l’élaboration et la performation d’œuvres, la fonction des lieux d’accueils est la mise en relation de ces œuvres avec leurs destinataires.

Lire la suite

Publicités

« Compagnies et territoires », 20 janvier 2015

Communication de Bérangère Vantusso* – le 20 janvier 2015 au CCAM de Vandoeuvre les Nancy – Dans le cadre du débat public sur « Lʼavenir du secteur artistique à lʼheure de la réforme territoriale ».

« une compagnie ça commence souvent par quelques personnes qui se réunissent pour porter ensemble un regard artistique sur le monde et le partager. Cʼest un acte de création, une prise de position face au monde, cʼest une pensée qui agit, mue par les valeurs du service public.

une compagnie ne monte pas « des projets », elle écrit une histoire.

Au début elle le fait sans le savoir, mais très vite lʼhistoire apparaît. Très vite il y a un rapport au temps particulier, un parcours dont chaque étape sʼarticule de création en création.

Cʼest sur cette notion de parcours que je souhaite mʼexprimer afin de témoigner des liens très étroits et protéiformes qui unissent une compagnie avec les acteurs du spectacle vivant dʼun territoire.

Lire la suite

« Le durcissement des conditions de travail des cies indépendantes », 20 janvier 2015

contribution de Perrine Maurin, metteur en scène de la cie les patries imaginaires à la journée du 20 janvier 2015.

Je parle ici depuis ma position de metteur en scène, dirigeant une cie en Lorraine depuis 10 ans : Les œuvres artistiques que nous créons naissent dans un contexte particulier, que peu de gens connaissent s’ils ne sont est pas « du milieu ». Ce « milieu » du spectacle vivant en Lorraine je l’observe depuis 10 ans. Or les conditions d’exercice de nos métiers dans ce milieu se sont énormément durcies depuis 10 ans et ce au fur et à mesure de la baisse des crédits pour la création artistique, baisse des crédits issues des collectivités (conseil régional, général, villes), issues du ministère, issus des lieux qui baissent leur marge artistique car eux-mêmes subissent cette baisse générale… Et c’est particulièrement à vous, personnels politiques et administratifs des institutions qui nous soutiennent, membres ou au service du « service public de la culture » que je voudrais m’adresser ce soir.

Lire la suite

Nouvelle réforme territoriale : un danger pour les scènes conventionnées ? 20 janvier 2015

Contribution de Philippe Sidre, directeur du TGP de Frouard, à la journée du 20 janvier 2015

Nouvelle réforme territoriale : un danger pour les scènes conventionnées ?

Avec les structures labellisées, la centaine de scènes conventionnées constituent une des ossatures de la création artistique, de sa diffusion et de l’action culturelle sur le territoire national et en particulier sur ce que l’on pourrait appeler les territoires intermédiaires. Leurs missions sont définies par la Charte des missions de service public et réalisées dans ce cadre constitutionnel et républicain.

Elles constituent un vaste réseau culturel sur le territoire. Elles sont installées en dehors des grands centres urbains dans les zones périurbaines ou rurales ou dans des villes petites et moyennes. Leurs projets culturels et artistiques sont au service de l’ensemble de la population. A ce titre, elles développent toute une gamme d’actions culturelles, non pas pour « remplir leur salle » mais pour permettre une appropriation des œuvres artistiques contemporaines par la sensibilisation et l’éducation artistique. Elles installent une proximité sensible avec le public, qui est de ce fait très varié et constitue une mixité de la population locale et extra locale, permettant par là-même pour chacune et chacun de vivre ensemble un moment émotionnel intense face à la présentation d’une œuvre artistique.

Lire la suite